Sbarro Unité Motrice Autonome, 2003


 

Franco Sbarro réinvente la roue une seconde fois

 

Il y a quelques années, Franco Sbarro avait présenté la roue orbitale, une roue géniale sans moyeu dont il a vendu les brevets depuis. Au salon de Genève 2003, le célèbre inventeur suisse réinvente la roue une seconde fois, en présentant la roue autonome motrice (ou Unité Motrice Autonome).

 

Le principe est simple : le diamètre des roues augmentant depuis quelques années, pourquoi ne pas utiliser la place au centre de la jante pour y installer le moteur et ainsi gagner de l'espace dans l'habitacle ? Le passage d'une idée à sa réalisation concrète est toujours difficile. Avec la collaboration du fabriquant de jantes OZ, Franco Sbarro a donc travaillé sur le concept et a abouti à ce prototype de roue autonome motrice. Je ne m'étendrai pas davantage sur la roue elle-même, n'ayant pas les compétences techniques, ni les informations précises sur cette invention. Les plus curieux pourront tenter d'en comprendre le mécanisme en regardant la photo ci-dessous de la roue ouverte dévoilant le moteur de moto d'origine Yamaha, développant 160 chevaux. La roue complète comprend le moteur, un radiateur, les freins, une batterie et un réservoir de 3 litres. L'ensemble est donc totalement indépendant.

 

Pour illustrer les nombreuses applications possibles, trois véhicules (2, 3 et 4 roues) ont été présentés à Genève :

 

Le prototype 2 roues (UMA1) est celui qui a le plus marqué les visiteurs du salon de Genève : confort spartiate avec une position de conduite qui ne semble pas très confortable et énorme roue arrière qui ne doit pas être des plus pratiques en virage. Mais ces défauts n'en sont pas vraiment, cette moto n'ayant pas pour vocation d'être utilisée au quotidien. Signalons la présence de petites roulettes qui sortent des flancs pour stabiliser l'engin à l'arrêt, d'un monobras à l'avant, d'une bulle protectrice et d'un échappement qui sort... de la jante ! Les sensations de conduite, assis à 15 centimètres du sol, doivent être sensationnelles dès que l'on dépasse les 30 km/h !

 

Le tricycle (UMA2) me fait penser à ces showcars des années cinquante conçus par General Motors, avec son allure de fusée sur roues, ses phares en forme de réacteurs et ses ailerons. Cet engin de science-fiction n'est autre qu'une version 3 roues de la moto. La roue autonome motrice se trouve l'arrière.

 

Enfin le prototype à 4 roues (UMA3) permet de bien voir l'intérêt en gain de place de la roue Sbarro. L'habitacle comprenant 4 places est libéré du moteur et dégage de larges espaces pouvant servir de coffre par exemple. L'impression d'espace est ici exacerbée par l'absence de portes.

 

Fin 2008, Michelin a présenté un système équivalent à l'Unité Matrice Autonome, mais en utilisant un moteur électrique. L'inspiration viendrait-elle de chez Sbarro ? Je ne sais pas, mais l'idée est loin d'être farfelue.

 

 

voir texte

 

 

English version

Photographies