Sbarro Challenge, 1985-1987


 

Au salon de Genève 1985, Sbarro a étonné tous les visiteurs avec celle qui reste la plus surprenante des voitures conçues par le constructeur suisse : la Challenge.

 

La ligne de la Challenge est si personnelle qu'elle ne ressemble à rien de connu jusqu'alors. C'est un véritable tour de force qu'a réussi Sbarro en créant une ligne monocorps, en forme de coin. Si inhabituelle et si simple pourtant. Elle rompait totalement avec les stéréotypes habituels de la production automobile de l'époque. Même aujourd'hui, le dessin de la Challenge reste actuel et innovant.

 

Les canons esthétiques étant propres à chacun, je vous laisse le soin d'apprécier (ou non) cette formidable automobile. Techniquement, sachez quand même que le Cx (coefficient de pénétration dans l'air) est égal à 0,26, ce qui en fait un des meilleurs de tous les temps. A titre de comparaison, une Porsche 928 contemporaire de la Sbarro avait un Cx de 0,34, une Opel Calibra, pourtant longtemps citée en exemple dans ce domaine, ne "faisait" que 0,29 ! Le pare-brise peut "glisser" vers l'avant et jouer le rôle d'un toit ouvrant. L'essuie-glace fonctionne par rotation, comme une hélice dont les pales seraient les balais.

 

Sur le toit, en arrière du parebrise, deux ailerons rétractables jouent le rôle d'aérofreins.Vous aurez peut-être remarqué l'absence de rétroviseurs. Ceux-ci ont été remplacés par une caméra intégrée dans l'aile arrière gauche, laissant ainsi la carrosserie exempte de saillies anti-aérodynamiques. Les écrans, placés dans les portières, permettent aussi de regarder un film, puisque la voiture est équipée d'un magnétoscope (presque banal aujourd'hui, mais la voiture date de 1985 !).

 

L'intérieur est très conventionnel. Trop peut-être si on le compare avec le style extérieur. Les sièges sont fixes et construits sur mesure pour chaque propriétaire. L'habitacle est entièrement recouvert de cuir Conolly (comme dans les Rolls-Royce et les Aston-Martin)

 

La mécanique provient d'une Mercedes 500 : il s'agit d'un 8 cylindres en V, suralimenté par deux turbocompresseurs IHI, et développant 350 chevaux. Les quatre roues sont motrices. La boîte automatique provient d'une Jeep Cherokee. Une telle puissance associée à un aérodynamisme étudié permettait de dépasser 300 km/h.

 

En 1986, Sbarro expose au salon de Genève une version modifiée : la Challenge 2+2. Celle-ci se distingue de la précédente par l'adjonction de deux sièges supplémentaires et un tableau de bord modifié. Côté technique, le moteur est celui d'une Porsche 930 turbo, à savoir un 6 cylindre boxer. La voiture devient une deux roues motrices.

 

En 1987, Sbarro expose la dernière de la lignée : la Challenge 3. Elle se distingue de la version précédente par son moteur porté à 3,3 litres et développant 400 chevaux. Le prix de vente était alors de 320.000 francs suisses. Une somme bien coquette à l'époque.

 

Enfin, sachez que Sbarro, comme souvent, proposait aussi une Challenge-baby, version à l'échelle de la voiture de papa pour les enfants. Faut-il en conclure que les clients de Sbarro sont restés de grands enfants ? J'espère que oui !

 

 

 

 

 

Challenge 1 (1985)

Challenge 2+2 (1986)

Challenge 3 (1987)

moteur

V8 Mercedes

6 cylindres boxer Porsche

6 cylindres boxer Porsche

disposition

central arrière longitudinal

cylindrée

4973 cm3

3299 cm3

3300 cm3

puissance

350 - 380 ch

300 ch

400 ch

alimentation

2 turbocompresseurs IHI

1 turbocompresseur  

transmission

4 roues motrices

propulsion

boîte

automatique à 2 rapports

manuelle à 5 rapports  

freins

4 disques  

performances

vitesse maximale estimée : 300 km/h

 

English version

Photographies